Des traces sur la plage

projet visuel et sonore
avec Pauline Delwaulle
Résidence AIRLab, Artistes en résidence en laboratoire

/// APPEL A PARTICIPATIONS : DES TRACES SUR LA PLAGE \\\

Dans le cadre d’un projet artistique, nous cherchons à cartographier les différentes activités qui se déroulent sur la plage entre Dunkerque et Zuydcoote.

…….Aidez-nous en partageant vos traces GPS !…………….

Lors de vos sorties promenade, jogging, longe-côte, char à voile ou vélo, enregistrez vos déplacements sur le sable et envoyez-les par mail à : destracessurlaplage@gmail.com

Nous travaillons avec des fichiers .gpx, que vous pouvez enregistrer sur vos smartphones, appareils GPS, montres connectées…

De bonnes applications pour smartphones incluent GPS Logger (Android) et My Track (iOS), mais vous pouvez utiliser Strava, Runstatic,…

Rien de compliqué ou d’artificiel, pas de dessins ou messages, faites vos activités habituelles, profitez de la plage…

Vos contributions seront anonymes sur la carte, mais si vous le souhaitez, votre nom pourra apparaître dans les contributeurs au projet.

dans le cadre du projet :

///  RETRACER L’ESTRAN  \\\

Ce nouveau projet est un projet basé sur l’observation et le relevé du terrain de la côte Dunkerquoise, réalisé en partenariat avec le laboratoire LOG, ​Laboratoire d’Océanologie et de Géosciences​, réparti entre l’Université de Lille, de Dunkerque et du CNRS.
Nous nous intéressons à la limite terre-mer​, ligne de démarcation mouvante, oscillante, à la fois sujet d’observation et terrain de différentes pratiques. Il existe une zone de flou, caractérisée par le déplacement du trait de côte, à travers le temps.
Ce trait pourtant n’existe pas. Il n’y a pas de distinction claire et nette, comme celle de la ligne séparant la terre ferme de la mer dans la représentation du territoire en cartographie. Ce territoire résiste à la carte, au relevé et à la numérisation, par son constant déplacement, par l’érosion des côtes, par les marées et les tempêtes, par l’élévation passée ou future du niveau de la mer.
La question posée est celle de la cartographie de territoires mouvants​. Comment représenter le trait de côte, le paysage de l’estran ?

Les différentes pratiques de terrain sont à la base de cette recherche artistique. Les scientifiques ont une méthodologie éprouvée et des enjeux spécifiques pour leurs mesures, en relevant des traces GPS entre autres. Nous aimerions proposer et expérimenter de nouveaux protocoles, basés sur les pratiques populaires​.
La pratique du longe-côte, sport originaire de cette zone précise (Dunkerque, Bray-Dunes), est l’une de ces portes d’entrée. Équipés de GPS, quelles lignes dessinent-ils​ ? Et les joggeurs qui partagent leurs tracés le long de la côte ? Et les chars à voile qui profitent de la marée basse ?

Réalisé dans le cadre du dispositif AIRLab, porté par l’Université de Lille, en partenariat avec le LOG
Œuvre cofinancée par Pictanovo, Fonds d’aide à la création audiovisuelle associative
Avec le soutien de la Région Hauts-de-France
En partenariat avec le Fresnoy, Studio National des Arts Contemporains

flyer_destracessurlaplage

flyer_destracessurlaplage